De retour au Liban pour Ursino …. 3 ans après

Ursino au Liban

Nous y voici enfin ! Depuis 2019, nous attendions avec patience (ou impatience) de pouvoir retourner au Liban continuer le projet Ursino démarré sur place.

Charlotte Courtois, coordinatrice du projet, est arrivée à Beyrouth le mardi 15 octobre 2019, comme la petite Arwenn de notre livre « prête à repartir à l’aventure ». Et quelle aventure… !
Premier atelier avec nos élèves dès le jeudi matin puis Jojo, notre ancienne présidente et bénévole arrivait le soir.
Mais tout ne s’est pas passé comme prévu...
Vous en avez sans doute entendu parler, la révolution libanaise a éclaté, ou peut-être devrais-je dire fleuri, ce même soir. Un peuple à bout qui descend dans les rues pour dire stop à de nombreuses choses, notamment à la corruption. Et nous au milieu. Dans la foule en liesse, au milieu des DJs, des jeunes femmes offrant des fleurs aux militaires, des jeunes et moins jeunes arborant fièrement le drapeau de leur pays, avec tant d’espoir.

Nous avons vécu des moments extraordinaires mais n’avons pas pu mener à bien notre projet, les écoles étant fermées pendant tout le reste de notre séjour.

En mars 2020, nous pensions repartir. Et puis la crise sanitaire a montré le bout de son nez. En août 2020, la capitale libanaise a tristement fait la une des actualités, avec l’explosion horrifiante de son port qui a ravagé la ville. Notre partenaire, l’Ecole des Trois Docteurs, se situant à 600m du port, s’est retrouvée en ruines. Et le coronavirus qui durait… Le Liban se trouve aujourd’hui dans une situation de crise sans pareille.
Mais inspirés par la résilience formidable du peuple libanais, nous avons attendu, préparé, rêvé ce retour.

Aujourd'hui, nos élèves nous attendent pour collecter des recettes, mener des recherches historiques, préparer leurs vidéos… Les mêmes élèves avec qui nous avions lancé l’opération en 2019 et qui, depuis, demandaient quand aurait lieu la suite !

 

Restez connectés pour suivre la suite de nos aventures sur Instagram ou Facebook !

 

[Liban] La recette traditionnelle du houmous de betteraves de Joumana

Houmous de betteraves

Houmous de betteraves

Joumana Accad est cuisinière et blogueuse (www.tasteofbeirut.com). Elle a grandi au Liban et vit depuis 30 ans entre Beyrouth et Dallas, au Texas. Elle nous a fait le plaisir et l'honneur d'accueillir l'équipe d'Ursino dans sa maison à Deir el Qamar, au cœur du Chouf libanais pour partager avec nous ses traditions culinaires et plus spécifiquement un plat issu de la panoplie des mezzés: le houmous de betterave.

1. Comment cette recette t'a-t-elle été transmise ? Par qui ?

joumana accad - Taste of BeirutKameel Abu-Hatoum, un expert de la cuisine libanaise traditionnelle originaire de Baakline, dans les montagnes du Chouf, a généreusement partagé cette recette avec moi. Il l'a surnommée "mama dallou’ah". Le nom est un clin d'œil au très célèbre baba ganoush. En effet, "baba" signifie papa et "ganoush" signifie "câlin" (ou quelqu'un qui aime chouchouter et câliner son enfant ou un être cher). "Mama" signifie maman and "dallou’ah" signifie une mère qui aime être chouchoutée, aimée, chérie, câlinée. Ce dip délicieux se mange à température ambiante, servi avec du pain pita. Il est très simple à préparer et on peut l'ajuster à son goût en modifiant les quantités de citron, d'ail ou de tahini (pâte de sésame).

L'idée d'appeler ce plat "Mama dallou'a" est une idée amusante mais qui n'a pas été adoptée officiellement. Au Liban, on appelle ce plat "mtabbal el shmandar". "Shmandar", c'est la betterave en libanais, et "mtabbal" veut dire "quelque chose qui est assaisonné". On utilise ça pour le houmous, l'aubergine, le choux-fleur,... : mtabbal hummus, mtabbal betenjane, mtabbal arnabeet... ainsi que pour la viande: falafel, kafta, et le poisson cuit au four... bref, pour tout!

2. Est-ce une recette plutôt ancienne ? Est-elle rattachée à un territoire particulier ?

Oui, on peut dire que c'est une recette ancienne, disons traditionnelle.
Le tarator est une sauce qui est la base de tous les assaisonnements. C'est un peu comme la crème des français et il fait fonction de vinaigrette aussi. Tous les légumes cuits sont assaisonnés avec cette sauce de tahini+citron+ail et herbes parfois.
C'est un plat qui est courant dans tout le Liban.

3. Connais-tu d'autres variantes de ce plat ?

Seulement dans la technique: beaucoup de chefs et restaurants servent les betteraves coupées en petits morceaux, d'autres servent les betteraves en purée mélangée avec le tarator, et puis d'autres la râpent.
Chez les Arméniens, ils le font aussi en sucré et l'utilisent pour fourrer un pain qui se mange le matin, le Tahinov Hatz (Découvrir la recette sur le blog de Joumana).

4. Que t'évoque ce plat ? As-tu des souvenirs ou anecdotes qui y sont liés ?

J'ai écrit un petit livre sur la cuisine iraquienne (publié en arabe) et j'ai appris par des amies iraquiennes que dans leur cuisine, ils boivent le jus (ou le bouillon) de betterave avec un filet de jus d'orange amère et du sucre à volonté. C'est délicieux et sain et depuis j'adore boire le bouillon après avoir fait cuire les betteraves pour ce plat !

5. Un petit mot pour la fin?

Oui ! Je suis tout à fait d'accord que l'idée de la cuisine est excellente pour communiquer entre personnes de culture différentes, parce que c'est un sujet qui n'est pas "délicat" et qui peut même rassembler les gens et on peut commencer avec des enfants. Donc, j'appuie vos efforts et je vous souhaite une bonne continuation dans le monde entier!

Ingrédients du houmous de betterave

La recette du houmous de betterave

La préparation:

  1. Éplucher l'ail et le couper en petits morceaux
  2. Ajouter une cuillerée de sel puis piler jusqu'à obtention d'une pâte crémeuse
  3. Verser la moitié du tahini dans un récipient
  4. Y ajouter une bonne cuillerée d'ail puis mélanger avec le batteur
  5. Verser et mélanger au fur et à mesure le jus de citron
  6. Diluer avec 1/2 verre d'eau
  7. Passer les betteraves au moulin à légumes pour les transformer en purée
  8. Assaisonner les betteraves avec la sauce tarator réalisée dans les étapes précédentes puis mélanger jusqu'à obtention d'une couleur rose fuchsia
  9. Déguster avec du pain pita et sahten* ! (*bon appétit) !

Retour en images sur Ursino au Liban

Ursino au Liban

Ursino au Liban

Mener un projet pédagogique pendant une révolution, quelle aventure!

Nous voici de retour, après trois semaines au Liban pour le projet Ursino. Notre objectif était de travailler avec des adolescents autour des traditions culinaires libanaises en collectant des recettes, en menant des recherches pour découvrir que la cuisine, comme la culture, est le résultat de métissages et en partageant ce travail en vidéo.
Mais trois jours après notre arrivée, le peuple libanais est descendu dans la rue pour lutter contre la corruption et pour de meilleures conditions de vie. La révolution pacifique commençait. Les écoles ont fermé et nombre de routes ont été bloquées pendant le reste de notre séjour...
Cela aurait pu sonner le glas de cette étape libanaise de notre projet, mais il en faut plus pour nous décourager! Pendant trois semaines nous n'avons pas chômé.

Nous avons tissé des liens forts avec des personnes formidables, rencontré des chefs et cuisiniers, construit un programme alternatif au projet avec l'Ecole des Trois Docteurs, longuement échangé avec l'Institut Français, partagé avec la Food Heritage Foundation et les collaborateurs de Bel (dont la fondation soutient le projet), tourné des vidéos, découvert la culture libanaise et son histoire et bien sûr, nous avons mangé, mangé, mangé.

ursino au Liban 360°

L'équipe d'Ursino à Beyrouth

Nous avons réussi à mener deux ateliers avec les élèves malgré la fermeture des écoles, couvrant ainsi la partie collectage d'Ursino. Ils sont véritablement acteurs d'Ursino, montrant une curiosité incroyable et beaucoup d'enthousiasme. Ils s'approprient le projet et sont extrêmement fiers de représenter le Liban auprès de jeunes de 6 autres pays.

[Vidéo] Images de notre atelier de collectage de recettes traditionnelles libanaises avec les élèves de l'Ecole des Trois Docteurs

chef youssef akiki - Liban

 

 

Ursino évolue avec l'arrivée d'un soutien précieux en la personne du Chef Youssef Akiki, passionné de cuisine bien entendu mais également de traditions et de transmission. Youssef est une personne humble et généreuse avec qui nous sommes fiers de collaborer. Il a pris le temps de nous rencontrer et nous a accueillis dans la cuisine du restaurant Burgundy. Nous partagerons bientôt avec vous une vidéo dans laquelle il nous présente une recette typique libanaise. Lors de notre retour à Beyrouth, il viendra également à la rencontre des élèves et nous aidera à mettre en forme les recettes collectées.

 

 

Nous avons également passé du temps avec Joumana Accad du blog Taste of Beirut qui avec beaucoup de gentillesse nous a accueillis chez elle à Deir el Qamar pour nous faire découvrir la recette d'un autre plat traditionnel libanais. Elle nous a également guidés dans sa ville, au gré des figuiers sauvages, grenadiers, sumacs, à la rencontre d'enfants qui ramassaient les escargots, ainsi que dans son potager et son verger qui offrent encore plein de délices, des aubergines aux pignons de pin, des kakis aux olives... Une merveille pour les yeux et pour les papilles!

joumana accad - Taste of Beirut

Pendant notre absence, l'Ecole des Trois Docteurs et la Food Heritage Foundation accompagneront les élèves dans la phase de recherche du projet. Nous reviendrons ensuite début 2020 pour terminer le projet et vous présenter leurs travaux. Patience, patience...!

Bientôt de nouvelles images de ce séjour mouvementé et passionnant!

Ursino au Liban: rebondissements, rencontres et belles images culinaires

Deuxième semaine d'Ursino au Liban:
rebondissements, rencontres et belles images culinaires

Mener un projet en pleine révolution est un sacré défi qui met à l'épreuve la patience et les capacités d'adaptation, c'est certain!
Cette deuxième semaine au Liban a été difficile. Tous les jours, nous imaginions avec la directrice de l'Ecole des Trois Docteurs des plans B, C, D et bien plus! Certains partenariats n'ont malheureusement pas pu se concrétiser, pour des raisons de sécurité, de mobilité ou de disponibilité.
Mais rien ne nous arrête!
Nous avons donc construit ensemble des solutions à tous nos questionnements.

Nous avons ainsi plusieurs nouvelles très positives à vous annoncer!

La première et la plus importante est que nous avons enfin organisé hier une séance avec nos élèves, qui ont bravé les blocages routiers pour venir nous rejoindre malgré la fermeture des écoles qui dure depuis 14 jours. Avec des adultes venus à leur rencontre, ils ont collecté nombre de recettes traditionnelles libanaises: mloukhieh, kebbe mayye, moussaka ou encore feuilles de vigne, la liste est longue! La Food Heritage Foundation était bien entendu présente. Nous sommes heureux et soulagés de ce beau moment partagé, temps intergénérationnel plein de bienveillance et de curiosité. Nous avons tous appris beaucoup de choses!
Etant donné que nous repartons déjà lundi prochain, nous avons décidé que le travail de recherche serait mené par l'école et les élèves sans nous, avec le soutien de la Food Heritage Foundation. Nous reviendrons ensuite une semaine avec Simon pour terminer le projet en récoltant en vidéo le travail des élèves afin qu'ils puissent le partager avec les jeunes des six autres pays mais aussi au sein de leurs communautés.

La deuxième bonne nouvelle c'est que nous avons eu l'immense plaisir de rencontrer le chef Youssef Akiki qui nous fait l'honneur de rejoindre l'aventure d'Ursino. Nous avons longuement parlé de traditions culinaires, de l'importance de la transmission, de la beauté et la richesse de la campagne libanaise, de projets enthousiasmants et de notre amour commun pour le patrimoine culinaire.
Youssef Akiki, chef du Burgundy, a accepté avec plaisir de rencontrer les élèves de l'École des Trois Docteurs lorsque nous reviendrons pour échanger avec eux sur ces sujets passionnants et il nous accompagnera dans la découverte de la cuisine libanaise. Nous en sommes très heureux!

 

 

Le chef Youssef Akiki entouré de Josiane Lerat et Charlotte Courtois, respectivement présidente et fondatrice-coordinatrice de Konstelacio

Enfin, puisque Simon nous a rejointes lundi soir, nous avons de belles images à vous présenter. Nous sommes allés à la rencontre de Paul et Charbel Bassil du restaurant Le Chef à Beyrouth. Nous vous invitons donc à découvrir en vidéo avec nous les plats qu'ils préparent, typiques de la cuisine familiale libanaise.

 

 

Vidéo - À la rencontre de Paul et Charbel Bassil du Restaurant Le Chef

Nous vous laissons avec quelques nouvelles de la révolution libanaise dont nous sommes des témoins très admiratifs. Après treize jours dans la rue, les Libanais ont gagné leur première bataille: ils ont obtenu la démission du gouvernement. Ces derniers jours ont été intenses et face à plusieurs descentes violentes de certains membres anti-révolution du Hezbollah et du Amal, les manifestants ont su rester pacifiques. Dimanche, des dizaines de milliers de Libanais ont formé une chaîne humaine du Nord au Sud du pays. Chaque matin depuis le début de la révolte, des volontaires en nombre se réunissent pour nettoyer les lieux de manifestation, donnant l'exemple de ce qu'ils souhaitaient voir dans leur pays... Les Libanais ont fait preuve de persévérance, de pacifisme et d'une unité incroyable. Cette victoire est amplement méritée et nous leur souhaitons une suite à la hauteur de leurs espoirs.

Ursino – Une première semaine au Liban mouvementée et historique

Ursino au Liban, quelle aventure!

Je suis arrivée au petit matin mardi dernier, yeux, oreilles, papilles grands ouverts, prête à m'immerger dans la culture de ce pays fascinant.

J'ai eu le plaisir le jour même de rencontrer Mme Nayla Khoury Daoun, la dynamique et bienveillante directrice de l'Ecole des Trois Docteurs avec laquelle nous collaborons pour cette deuxième étape du projet Ursino. Puis jeudi matin, j'ai enfin fait la connaissance des élèves. Ce premier atelier nous a permis de parler du projet, de nos objectifs communs, de la notion de culture et de cuisine bien entendu. Ils ont semblé tellement fiers d'être LA classe chargée de représenter le Liban. Ils sont motivés, curieux et pleins d'une belle énergie, cela promet de bien jolies choses!

 

 

 

Résultat du brainstorming autour de la notion de culture

Jojo Lerat, présidente de Konstelacio, est arrivée à Beyrouth dans la nuit de jeudi, mais pas dans n'importe quel contexte! Depuis jeudi soir en effet, le peuple libanais est dans la rue, luttant pour ses conditions de vie et contre la corruption. Le trajet en taxi jusqu'à l'aéroport était donc un véritable parcours du combattant, entre les poubelles et les pneus en feu et les nombreux manifestants dans la nuit beyrouthine.

La situation ne s'est pas calmée depuis et nous sommes les témoins ébahies et admiratives d'une révolution pacifique hors normes.

Nous avons passé du temps dans les manifestations au milieu de cette foule unie. En effet, une fois n'est pas coutume (loin de là!), cette population pourtant si hétéroclite ne fait plus qu'un. Devant la Mosquée Mohammad Al Amine, ce sont énormément de jeunes qui sont rassemblés, mais également des personnes âgées, des mères avec leurs filles adolescentes, des jeunes parents avec leurs bébés...
Tous ces Libanais, sans distinction de religion, d'origine ou de bord politique, se retrouvent au son des DJs et musiciens divers, fument le narguilé, jouent au trictrac (jeu traditionnel ressemblant au backgammon), chantent et dansent (y compris la dabké, danse typique). Des jeunes distribuent des roses aux militaires et policiers qui regardent ce qui se passe avec beaucoup de bienveillance. Lorsque l'appel à la prière retentit, la musique est mise en pause, par respect. Et chaque matin depuis le début de la révolte populaire, de nombreux volontaires se réunissent spontanément pour nettoyer les rues.
Dans cette ambiance festive et joyeuse, des centaines et des centaines de drapeaux libanais flottent fièrement au vent.

Quelle émotion! Nous nous sentons incroyablement privilégiées de pouvoir vivre ce moment historique.

Vous vous en doutez, Ursino subit par contre les conséquences de ces événements. Les écoles étant fermées depuis vendredi, tout est actuellement en suspens. Nous avons revu Mme Daoun hier matin afin de retravailler le programme du projet qui sera mis en place dès que (et si) les écoles reprennent leurs activités. Nous espérons de tout cœur que la situation se débloque rapidement.
En attendant nous faisons des rencontres, essayons de mieux comprendre l'Histoire du pays, sa culture et sa gastronomie.

 

 

 

 

Jojo Lerat, présidente de Konstelacio, et Mme Nayla Khoury Daoun, directrice de l'Ecole des Trois Docteurs

Nous vous tiendrons bien entendu informés au plus vite de l'évolution de tout ceci. N'hésitez pas à suivre nos publications au fur et à mesure sur la page Facebook de Konstelacio: www.facebook.com/konstelacio.

Nous souhaitons beaucoup de courage au peuple libanais qui est une très belle source d'inspiration pour le monde entier.

Ursino prend la direction du Liban

Ursino à Beyrouth

Ursino à Beyrouth

Cher tous,

Nous y voici enfin, l’heure est venue de vous dévoiler la phase 2 du projet Ursino : le Liban !

Ce sont des mois de préparation, des échanges multiples et des recherches poussées qui ont mené à ce résultat qui nous enthousiasme. Nous partons le 14 octobre à la découverte du patrimoine culinaire libanais, si riche et si divers. Quelle émotion !

Et comme pour tous nos projets, nous avons construit des partenariats forts afin de s’adapter au mieux au pays qui nous accueille, à sa culture et à ses problématiques.

 

 

 

 

Nous sommes heureux et fiers de travailler avec Kamal Mouzawak, chef-cuisinier mais également entrepreneur social et « activiste culinaire », dont le leitmotiv est « Make food, not war » (*faites la cuisine, pas la guerre). Il s’attache en effet à faire de la cuisine un vecteur de lien social. Comment ne pas lui proposer de rejoindre le projet ? Avec les cuisinières du Souk El Tayeb (marché de producteurs qu’il a fondé), il viendra à la rencontre des jeunes bénéficiaires d’Ursino pour parler cuisine, transmission, partage…

 

Ces jeunes bénéficiaires, justement, seront des élèves de l’Ecole des Trois Docteurs, établissement inclusif qui nous accueille à bras ouverts, dont les valeurs sont très proches des nôtres et avec qui nous avons particulièrement hâte de collaborer !

Nous sommes également ravis de vous annoncer notre partenariat avec la Food Heritage Foundation pour l’aspect recherche mais également pour le collectage de recettes. Si vous avez envie de découvrir le patrimoine culinaire libanais dès maintenant, nous vous invitons à vous rendre sur leur site internet : https://food-heritage.org. Ils font un travail formidable de sauvegarde et transmission de la culture libanaise.

 

 

Enfin, toujours dans une approche d’accès indifférencié à la culture et à nos actions, nous avons tissé des liens avec l’ONG Mishwar qui œuvre au Nord du Liban auprès de jeunes réfugiés syriens et palestiniens. Nous y mènerons des ateliers autour de la transmission du patrimoine culturel et culinaire.

 

 

Nous sommes également très fiers d’être parrainés par le ministère de la Culture, soutien qui vient s’ajouter à celui du ministère des Affaires Etrangères.

Plus d’informations très bientôt, en mots mais également en images. Nous comptons bien vous embarquer avec nous dans cette belle aventure !