Konstelacio est lauréate du Prix des e.n.g.a.g.é.e.s 2021

Remerciements Prix EDF

Nous sommes ravis de vous annoncer que Konstelacio est lauréate du « Prix des e.n.g.a.g.é.e.s » 2021 de la Fondation groupe EDF. Le groupe félicite et récompense ainsi l’engagement d’un de nos bénévoles, Yassine BENCHIKAR, que l’on remercie pour son investissement et son soutien sans faille depuis 2015.

👉La Fondation s’engage à construire un monde plus juste et humain en soutenant des projets associatifs ayant un impact durable et positif sur l’éducation et l’inclusion. Elle agit « en faveur des jeunes générations et des territoires solidaires », c’est pourquoi elle soutient et valorise des projets apportant des solutions concrètes et nécessaires.

🙌Nous remercions la Fondation groupe EDF pour sa confiance et la dotation allouée qui vont nous permettre d’atteindre nos objectifs d’interculturalité. Les actions menées par Konstelacio sensibilisent les jeunes du monde pour s’ouvrir au dialogue et s’intéresser à l’autre comme à soi-même, pour une société de demain plus inclusive et ouverte.

 

Yassine buvette

Yassine à la buvette de notre événement du 18 août 2016 au Château de la Roche Jagu

– Exposition des planches originales du livre, concert de Lyra, Fest-noz –

Charlotte Courtois invitée du podcast de Créateurs Engagés!

Visuel du podcast 22 Créateurs Engagés

🙏 Un grand merci à Antoine Le Padan et Créateurs Engagés de nous avoir contactés pour mettre en valeur les actions de Konstelacio en faveur de la diversité et du dialogue interculturel ainsi que le parcours d’entrepreneure engagée de notre fondatrice, Charlotte Courtois.

🎙 Découvrez cette interview en vidéo ci-dessous ou en podcast (ici). On y parle de ce qui nous anime, de nos projets, de ce qui a poussé Charlotte à créer Konstelacio, de burn out, de vulnérabilité, mais aussi de ces petites graines que l’on sème et des retours des élèves qui nous donnent la foi et l’énergie de nous battre.

« En découvrant l’altérité avec une curiosité saine et sincère, on découvre non seulement d’autres coutumes et valeurs mais on prend un recul qui nous permet d’observer nos propres identités culturelles avec un œil neuf. La découverte de l’Autre mène à la découverte de Soi. Or, mieux on se connaît, moins on se sent menacé par la différence et plus il devient facile de s’ouvrir à l’Autre et au monde. »

– Charlotte Courtois –

[ 21/05 ] Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement

Journée mondiale de la diversité culturelle - Konstelacio

Depuis la déclaration universelle de l'UNESCO du 2 novembre 2001, nous célébrons la journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement, qui a lieu le 21 mai !

Inspirée de la Conférence mondiale sur les politiques culturelles de 1982 à Mexico City, celle-ci réaffirme que "la culture doit être considérée comme l'ensemble des traits distinctifs spirituels et matériels, intellectuels et affectifs qui caractérisent une société ou un groupe social et qu'elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les façons de vivre ensemble, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances".

Le monde connaît de grandes transformations dues à l'essor des innovations technologiques et aux progrès scientifiques qui modifient la place de l'Homme dans ses interactions sociales. Ces changements facilitent les échanges entre les différentes communautés mais peuvent également présentent des risques pour les individus. En effet, les conflits et les tensions subsistent entre et au sein des pays, fragilisant ainsi le dialogue interculturel et menaçant la sécurité et la paix dans le monde.

C'est pour faire face à ces crises, assurer les libertés individuelles et préserver la paix que cette première Conférence a été organisée, suivie de la rédaction de la déclaration universelle.
Les politiques culturelles doivent alors régir les principes suivants :

Identité culturelle

Ces textes ont vocation à consolider la paix durable et la culture humaine ! Vous pouvez consulter la déclaration de l'UNESCO ici.

Le dialogue entre les cultures est source de richesse. Il est garant de la cohésion sociale et des interactions saines et respectueuses. Il apporte un regard nouveau sur nos propres identités culturelles. Il favorise l'épanouissement de chacun et enrichit nos patrimoines et nos pratiques (cuisine, musique, sport...). Il est source d'échanges, d'innovation, de dynamisme, de créativité, de développement...

favoriser les échanges



 

En images, la culture présentée par quelques élèves du monde...

La culture tunisienne, par les élèves de primaire de l'école Ulysse School, Menzah 7, 2013

 

 

tunisie drapeau et héros

Les héros 

(drapeau tunisien)

tunisie rites signe Tanit

Les rites

(signe de Tanit)

tunisie main de fatma

Les symboles

(main de Fatma)

tunisie pays

Les valeurs

(pays tunisien)

La culture française, par les élèves de l'école Notre Dame de la Ronce, St-Quay-Portrieux, 2015

france culture

CE1-CE2

culture france

CM1-CM2

Visuel Découvrir Konstelacio

[Liban] La recette traditionnelle du houmous de betteraves de Joumana

Houmous de betteraves

Joumana Accad est cuisinière et blogueuse (www.tasteofbeirut.com). Elle a grandi au Liban et vit depuis 30 ans entre Beyrouth et Dallas, au Texas. Elle nous a fait le plaisir et l'honneur d'accueillir l'équipe d'Ursino dans sa maison à Deir el Qamar, au cœur du Chouf libanais pour partager avec nous ses traditions culinaires et plus spécifiquement un plat issu de la panoplie des mezzés: le houmous de betterave.

1. Comment cette recette t'a-t-elle été transmise ? Par qui ?

joumana accad - Taste of BeirutKameel Abu-Hatoum, un expert de la cuisine libanaise traditionnelle originaire de Baakline, dans les montagnes du Chouf, a généreusement partagé cette recette avec moi. Il l'a surnommée "mama dallou’ah". Le nom est un clin d'œil au très célèbre baba ganoush. En effet, "baba" signifie papa et "ganoush" signifie "câlin" (ou quelqu'un qui aime chouchouter et câliner son enfant ou un être cher). "Mama" signifie maman and "dallou’ah" signifie une mère qui aime être chouchoutée, aimée, chérie, câlinée. Ce dip délicieux se mange à température ambiante, servi avec du pain pita. Il est très simple à préparer et on peut l'ajuster à son goût en modifiant les quantités de citron, d'ail ou de tahini (pâte de sésame).

L'idée d'appeler ce plat "Mama dallou'a" est une idée amusante mais qui n'a pas été adoptée officiellement. Au Liban, on appelle ce plat "mtabbal el shmandar". "Shmandar", c'est la betterave en libanais, et "mtabbal" veut dire "quelque chose qui est assaisonné". On utilise ça pour le houmous, l'aubergine, le choux-fleur,... : mtabbal hummus, mtabbal betenjane, mtabbal arnabeet... ainsi que pour la viande: falafel, kafta, et le poisson cuit au four... bref, pour tout!

2. Est-ce une recette plutôt ancienne ? Est-elle rattachée à un territoire particulier ?

Oui, on peut dire que c'est une recette ancienne, disons traditionnelle.
Le tarator est une sauce qui est la base de tous les assaisonnements. C'est un peu comme la crème des français et il fait fonction de vinaigrette aussi. Tous les légumes cuits sont assaisonnés avec cette sauce de tahini+citron+ail et herbes parfois.
C'est un plat qui est courant dans tout le Liban.

3. Connais-tu d'autres variantes de ce plat ?

Seulement dans la technique: beaucoup de chefs et restaurants servent les betteraves coupées en petits morceaux, d'autres servent les betteraves en purée mélangée avec le tarator, et puis d'autres la râpent.
Chez les Arméniens, ils le font aussi en sucré et l'utilisent pour fourrer un pain qui se mange le matin, le Tahinov Hatz (Découvrir la recette sur le blog de Joumana).

4. Que t'évoque ce plat ? As-tu des souvenirs ou anecdotes qui y sont liés ?

J'ai écrit un petit livre sur la cuisine iraquienne (publié en arabe) et j'ai appris par des amies iraquiennes que dans leur cuisine, ils boivent le jus (ou le bouillon) de betterave avec un filet de jus d'orange amère et du sucre à volonté. C'est délicieux et sain et depuis j'adore boire le bouillon après avoir fait cuire les betteraves pour ce plat !

5. Un petit mot pour la fin?

Oui ! Je suis tout à fait d'accord que l'idée de la cuisine est excellente pour communiquer entre personnes de culture différentes, parce que c'est un sujet qui n'est pas "délicat" et qui peut même rassembler les gens et on peut commencer avec des enfants. Donc, j'appuie vos efforts et je vous souhaite une bonne continuation dans le monde entier!

Ingrédients du houmous de betterave

La recette du houmous de betterave

La préparation:

  1. Éplucher l'ail et le couper en petits morceaux
  2. Ajouter une cuillerée de sel puis piler jusqu'à obtention d'une pâte crémeuse
  3. Verser la moitié du tahini dans un récipient
  4. Y ajouter une bonne cuillerée d'ail puis mélanger avec le batteur
  5. Verser et mélanger au fur et à mesure le jus de citron
  6. Diluer avec 1/2 verre d'eau
  7. Passer les betteraves au moulin à légumes pour les transformer en purée
  8. Assaisonner les betteraves avec la sauce tarator réalisée dans les étapes précédentes puis mélanger jusqu'à obtention d'une couleur rose fuchsia
  9. Déguster avec du pain pita et sahten* ! (*bon appétit) !

Projet Ursino visuel nos actionsDécouvrir le projet Ursino

Quand la distance aide à réunir et à rapprocher…

Gif de l'AG 2021 de Konstelacio

Quand la distance aide à réunir et à rapprocher

Autour de valeurs, de projets, de convictions communes.

L’Assemblée Générale de Konstelacio a eu lieu vendredi, et quelle assemblée!

Il est frustrant de ne pas se retrouver « en vrai », et pourtant ces échanges en visio chamboulent aussi notre association en positif. Vendredi, nous avons pu réunir nos adhérents, sympathisants, partenaires d’hier, d’aujourd’hui et de demain sans limites géographiques. Derrière ces multiples écrans, nous avons retrouvé des personnes de France, de Roumanie, de Tunisie, du Liban, aux origines si variées, allant du Mexique au Nigeria en passant par le Maroc ou encore l’Angleterre.

C’est l’âme même de Konstelacio: réunir autour de la table des personnes de toutes nationalités et de tous parcours autour de valeurs communes pour construire ensemble des projets autour de la beauté de notre diversité.

Merci à tous pour votre présence, votre soutien et votre engagement. En ces temps de crise, les actions éducatives et culturelles sont centrales si nous souhaitons préserver la cohésion, l’esprit citoyen et le respect de l’altérité.

Continuons ensemble à nous battre pour en faire une priorité !

Adhérer à Konstelacio

Invitation à l’Assemblée Générale de Konstelacio 2021

Assemblée Générale de Konstelacio 2021

Assemblée Générale 2021 de Konstelacio

Chère communauté,

Nous avons le plaisir de vous convier à l'Assemblée Générale de l'association Konstelacio pour l'exercice 2020 ! Nous aurons l'occasion d'échanger ensemble sur l'association ainsi que sur l'avancée du projet Ursino.

Comme l'année dernière, l'AG aura lieu en visioconférence, via la plateforme Google Meet. Ce format offre la possibilité aux adhérents éloignés de participer à l'un des temps forts de Konstelacio ! Ceux ayant répondu présent par mail recevront le lien d'accès à la réunion ainsi que toutes les informations nécessaires pour se connecter.

Notez la date dans votre agenda dès maintenant !

➡️ Vendredi 16 avril - 18h30

➡️ En visioconférence sur Google Meet, le lien sera donné ultérieurement 

Voici l'ordre du jour :

  • Situation actuelle de Konstelacio
  • Rapport d'activité 2020
  • Rapport moral 2020
  • Rapport financier 2020
  • Plan d'action 2021
  • Plan de trésorerie 2021
  • Temps d'échanges

Pour rappel, l'AG est ouverte à tous mais seuls les membres à jour de leur cotisation peuvent voter. Vous pouvez adhérer ou renouveler votre adhésion en ligne ICI ou régler votre cotisation 2021 en amont de la réunion par chèque, à l'ordre de Konstelacio, 7 Rue Isaac le Chapelier 35000 Rennes.

Merci de nous faire part, le plus tôt possible, de votre participation ou non à l’Assemblée Générale, par retour de mail. N’hésitez pas à nous contacter pour toute information complémentaire.

Nous attendons avec enthousiasme vos retours, en espérant vous (re)trouver nombreux/ses derrière vos écrans !

équipe Konstelacio

Le saviez-vous ? #8 Le nougat

nougat

©MeilleurDuChef

Savez-vous d'où vient le nougat ? Et non, pas de Montélimar ! 

Avant d'être associé à la confiserie que l'on connaît actuellement, le nougat, alors nommé "pignolat" était lié à la médecine. En effet, les premiers textes de médecine grecs citaient l’utilisation du nougat noir (seulement enrobé de miel chaud et sans blanc en neige).

Hippocrate (400 ans avant J.-C.) et Galien (IIème siècle) proposèrent des remèdes à base de miel et d’amandes, ces dernières étant considérées comme très nutritives. Afin d'améliorer le goût des médicaments, généralement à base de plantes plus ou moins amères, les médecins de l’Antiquité ajoutaient alors du miel à leurs préparations pharmaceutiques. Ainsi, les médecins facilitaient l’usage et la consommation de leurs médicaments grâce à une matière agréable à lécher.

Au XVIème siècle, Nostradamus, apothicaire (précurseur du pharmacien, il préparait et vendait les médicaments aux malades) et auteur, d’abord sur les soins du visage puis sur la confiserie, a joué un rôle essentiel dans la vie du nougat. De retour en France de son voyage en Italie, Nostradamus emporte avec lui le pignolat, le nougat italien, ainsi que la recette. Le pignolat étant un nougat noir aux pignons qui devient alors un nougat noir aux amandes.

Il écrit alors l’une des premières recettes de nougat en France, que l’on retrouve ci-dessous :

pignolat nostradamus

Ainsi débute la présence du nougat en France en 1701 à Montélimar, même si une forme de nougat existe déjà dans le sud de la France au XIVème siècle (nougat de Provence).

Le nougat se développe ensuite grâce au soutien d’Émile LOUBET, président de la République française au début du XXème siècle, qui a popularisé le nougat de Montélimar par la valorisation des produits du terroir.

les origines du nougat

Les origines du nougat

De Marie-Josèphe MONCORGÉ

Le nougat est originaire du califat de Bagdad : Irak, Iran, Alep, Égypte, Ouzbékistan. Cette confiserie est typique du bassin méditerranéen. Le nougat de Montélimar, mondialement connu, est ainsi l'héritier d’un long voyage (de la Mésopotamie jusqu’au sud de la France).

Les premières recettes de nougat blanc proviennent d’un livre arabe de Bagdad du Xème siècle. Le nougat s’appelle alors nātif. Ce dernier était alors fait de blancs d’œufs battus en neige ou de la racine de saponaire (en Iran et en Irak) infusé.e dans de l’eau et monté.e en neige. Les puristes disent cependant que s’il y a des blancs en neige, ce n’est pas du nougat. Or, le premier nougat a été fait avec du blanc en neige à Bagdad..!

Le voyage du nougat

"On va déguster la France" de François-Régis GAUDRY

Quelle est la différence entre le nougat blanc et le nougat noir ? 

La principale différence entre le nougat blanc et noir est la cuisson. Le nougat blanc voit ainsi sa consistance changer en fonction de la température du sucre. Plus la cuisson est longue, plus le nougat est dur. Le nougat tendre représente plus de 90% de la production grâce à sa meilleure conservation. Par humidification, le nougat dur perd facilement son croustillant.

Les ingrédients varient également entre les deux nougats. Par exemple, le nougat blanc ne nécessite pas de caramel, seulement le noir !

Le nougat blanc est l’héritier du nougat noir. Ses origines viennent de Bagdad et circulent dans toute la Méditerranée. Du sud de la Turquie, en passant par la Syrie et l’Irak, puis du Liban jusqu'en Égypte vers l’Andalousie (circuit classique du monde musulman). Le voyage continue de l’Andalousie vers le nord de l'Espagne, en passant du côté de l’Italie. La confiserie passa d’abord en Andalousie puis en Catalogne où elle eut été appelée « torró » ("turrón" en espagnol).

Le torró catalan se décompose en 3 variétés :

  • Torró de Xixona ou turrón de Jijona
  • Torró d'Alacant ou turrón de Alicante
  • Torró d'Agramunt

Les deux premiers étant préservés par l'Appellation d'Origine Protégée (AOP) et le dernier par l'Indication Géographique Protégée (IGP).

Le nougat de Montélimar souhaite lui aussi se protéger des contrefaçons grâce à l'obtention d'une IGP mais les démarches sont encore en cours. Si l'IGP est accordée, les autres confiseurs français ne pourront ainsi plus vendre leurs sucreries avec la mention "Montélimar".

 

Nous connaissons 4 variétés de nougat en France

Le nougat de Provence

Apparu au XIVème siècle, le nougat de Provence est un nougat saisonnier qui reste attaché au symbole de Noël. Il n'a jamais bénéficié de la communication du nougat de Montélimar, qui bénéficie lui d'une réputation inégalable.

Le nougat de Montélimar

Apparu en 1701, le nougat de Montélimar est un produit permanent. Cette confiserie a créé de grandes familles de nougatiers, notamment la famille Chabert qui s'est associée à la famille Guillot (XIXème siècle). Ce nougat nécessite au moins 30% d'amandes (ou 28% d'amandes et 2% de pistaches) et 25% de miel (privilégier celui de lavande), uniquement aromatisé à la lavande.

Nougat corse

Apparu courant XXème siècle. Le nougat corse est le petit cousin du nougat de Provence avec une composition variable : entre 8 et 35% de miel AOC de Corse, entre 20 et 34% de fruits secs et entre 5 et 10% de fruits confits. C'est un produit marketing devenu produit de terroir. C'est donc un nougat spécifique à la Corse.

Touron catalan français (région de Perpignan)

Apparu en 1607, le touron catalan français est l'héritier direct du torró catalan. Le touron blanc est proche du turrón d'Alicante avec 46% d'amandes ou de noisettes torréfiées, alors que le noir est aux amandes, aux noisettes et son sucre est caramélisé.

Découvrons maintenant les nougats des différents pays...

gaz d'iran

Gaz d'Iran

© Majid Eslamdoust

 

 

Spécialité de la province d’Ispahan et de Tchaharmahal-et-Bakhitiaria, cette confiserie traditionnelle iranienne se présente comme un nougat blanc mou et parfumé à l'eau de rose.

 

 

 

 

Le nougat turc est plutôt dur, il ressemble davantage au nougat français. Il n’est pas fait avec de l’amande mais avec de la noix ! Cette confiserie est associée aux banquets de rupture du jeûne du ramadan.

koz helva turquie

Koz helva, Turquie

@Gurukafa

jabane

Jabane, Maroc

@les_delices_dar_dmana_

 

 

 

En voie de disparition, le nougat marocain n’a pas été récupéré par les commerçants pour en faire des produits industriels. Les vendeurs marocains de jabane proposaient ce produit autour d’un long bambou qu’ils tenaient d’une main et le découpaient au couteau de l’autre main.

 

 

 

C’est en Italie que le nougat connaît sa plus grande diversité avec près d’une trentaine de torroni, venus de diverses régions ! Le torrone fait partie des produits traditionnels agroalimentaires italiens (prodotti agroalimentari tradizionali italiani), avec un label délivré par le ministre de l’agriculture italien.

torrone

Torrone, Italie

©Gusto&Arte

mandolato

Mandolato, Grèce

@chpopi

 

 

 

 

Spécialité des îles ioniennes, le « mandolato » est devenu populaire dans les temps byzantins grâce à l’empereur Justinianus. Ses premières rencontres avec la future impératrice Théodora étaient accompagnées de douceurs aphrodisiaques du mandolato !

 

 

 

 

Appelé « Qubbajt » sur l’île de Malte et à Gozo, ce nougat aux amandes et aux noisettes est souvent vendu pour les fêtes religieuses et se déguste beaucoup avec un café.

qubbajt

Qubbajt, Malte

@lovinmalta

Un immense merci à Marie-Josèphe MONCORGÉ pour ses précieuses précisions lors de ces recherches sur l'origine du nougat.

Venez découvrir son site internet sur l'histoire culinaire.

Des activités pour faire découvrir le monde à vos enfants

Nos idées d'activités de découverte du monde pour enfants

 

Carte du monde aquarelle

Vous vous demandez comment faire découvrir le monde à vos enfants, ou à ceux que vous gardez?

Vous cherchez des idées d'activités pour les occuper après le couvre-feu, ou tout simplement le mercredi après-midi ou le week-end?

Vous aimeriez pouvoir élargir leurs horizons en ces temps où notre liberté de mouvement (et la leur!) est si limitée?

Chez Konstelacio, nous utilisons des outils et activités depuis 10 ans tout autour du monde pour faire découvrir aux enfants la beauté de la diversité culturelle. Nous sommes convaincus que la découverte de l'Autre nous permet de mieux connaître nos propres identités culturelles et que le fait de mieux nous connaître nous permet d'appréhender l'altérité avec plus de curiosité et moins de méfiance.

Voici donc quelques idées d'activités issues de nos ateliers pédagogiques que vous pouvez proposer à vos enfants pour les éveiller à la diversité.

Musique

Pour leur permettre de se relaxer comme se défouler et exprimer par le mouvement ce qu'ils ressentent, pourquoi ne pas leur faire découvrir des musiques traditionnelles et populaires de différents pays?

Dans nos ateliers, nous aimons alterner temps calmes et temps où nous encourageons nos jeunes élèves à bouger et relâcher la pression. La musique permet tout ceci mais amène également les enfants à découvrir de nouvelles mélodies et de nouvelles langues.

  • Avec le projet Lyra, nous avons réuni des musiciens traditionnels de Bretagne, d'Inde et de Tunisie pour montrer aux enfants qu'en s'écoutant les uns les autres, nous pouvons faire de jolies choses ensemble. Vous pouvez découvrir leurs clips sur notre page Youtube ici: https://youtu.be/nJekwbpjhLI
  • Nous aimons également le son si unique du didgeridoo, instrument de musique aborigène d'Australie. Un petit coup de cœur particulier pour le groupe Yothu Yindi qui combine le rock et les musiques populaires du nord de l'Australie. Et un détail qui n'en est pas un, "Yothu Yindi" signifie "mère et enfant" en Yolŋu Matha (c'est-à-dire en langue Yolŋu). https://www.youtube.com/watch?v=aqCab1GI7XQ
  • Et si vous faisiez découvrir à vos enfants une langue dont certaines sonorités nous sont totalement inconnues? C'est le cas du Isixhosa (ou xhosa). Cette langue d'Afrique australe, particulièrement répandue en Afrique du Sud, se caractérise par la consonne xh qui se prononce par un claquement de langue. Nous sommes particulièrement fans de la chanteuse sud-africaine Miriam Makeba qui en plus d'avoir une très belle énergie était connue pour son interprétation de la chanson "Qongqothwane". Le titre de celle-ci, imprononçable pour la plupart des colons européens, lui a valu le surnom de "The click song" (la chanson à clics). Qongqothwane signifie littéralement "le scarabée toc-toc" (le nom familier pour les scarabées qui tapent leur abdomen sur le sol, émettant un son bien distinctif). Chez les Xhosa, la superstition dit qu'ils amènent la chance et la pluie. Cette chanson est souvent chantée dans les mariages pour attirer la bonne fortune aux jeunes mariés. La voici: https://www.youtube.com/watch?v=vhgb60Qsjrs
  • Enfin, nous vous proposons également un très beau dialogue entre les deux rives de la Méditerranée avec l'album "Taziri" de Titi Robin et Mehdi Nassouli. Taziri signifie en berbère "clair de lune". Cet album met en valeur la voix et la musique de Mehdi Nassouli, joueur de guembri, un instrument typique gnaoua du sud marocain, qui est également très répandu en Algérie et en Tunisie. Il est disponible sur Youtube et sur les plateformes de streaming.

 

Livres et magazines

livre le fabuleux voyage d'arwennDifficile de vous parler de livres sans parler de notre livre-CD "Le fabuleux voyage d'Arwenn", écrit par Charlotte Courtois, narré par la comédienne Bérénice Bejo et illustré par Izou. C'est l'histoire d'une petite fille qui rêve de faire le tour du monde et qui se retrouve embarquée sur un immense voilier. Elle rencontre successivement des musiciens traditionnels de Bretagne, d'Inde et de Tunisie qu'elle réunit. Mais jouer ensemble n'est pas si simple que cela et ils vont devoir apprendre à s'écouter les uns les autres pour jouer une musique harmonieuse, riche de leurs différences.

Et si vous poursuiviez l'histoire d'Arwenn avec vos enfants en écrivant un nouveau chapitre sur son arrivée dans votre région ou dans un pays que vous connaissez? Cela peut également être l'occasion de les intéresser aux instruments typiques de chez vous! Découvrir le livre et le projet Lyra dont il est issu.

Livres Diversité culturelle

 

Voici une liste de livres que nous apprécions particulièrement:

  • "Habiter le monde", de Anne Jonas et Lou Rihn
  • "Sept milliards de visages" de Peter Spier
  • "Comptines du monde arabe" de Wassim Ben Chaouacha et Sandrine Lhomme
  • "Un monde de bonnes manières" de Raphaël Martin, Eliane Karsaklian et Jessica Das
  • "Visages du monde" de Tamara Garcevic
  • "Ces maisons du monde" de Pauline Amelin et Béatrice Ruffié Lacas
  • "Ujène, Juste un rêve?" ded Christelle Le Guen, pour découvrir le Gallo, langue parlée traditionnellement en Haute Bretagne
  • "Navani de Delhi" de Anne-Benoît-Renard et Mylène Rigaudie et toute la collection "Viens voir ma vie" de ABC Melody

Et en compléments, deux chouettes magazines pour enfants sur la découverte du monde:

  • Cram Cram
  • Les mini mondes

Films et vidéos

 

Comment parler de films pour enfants et de diversité sans vous parler d'"Azur et Asmar" de Michel Ocelot?

C'est notre petite pépite chez Konstelacio. En voici le synopsis: "Azur est un blond aux yeux bleus, Asmar un brun aux yeux noirs. Petits, ils se battent et s'aiment comme des frères. Grands, ils se retrouvent rivaux, en quête de la Fée des Djinns, dans un Maghreb médiéval, plein de dangers et de merveilles."

"Azur et Asmar", ça parle de la complémentarité de nos différences, c'est spectaculairement beau et c'est plein d'émotions et de belles valeurs. À ne surtout pas rater!

 

 

7 milliardsEt la base de nombre de nos ateliers sont également les vidéos extraordinaires de Yann Arthus-Bertrand, autour de "7 milliards d'autres" puis de "Human". Ce sont plein de courtes interviews de personnes tout autour du monde autour d'un thème donné: le bonheur, la famille, l'amour, Dieu... C'est une belle manière d'amener la discussion et la réflexion sur la diversité des parcours et des opinions, entre les pays mais également au sein des pays. Nous vous invitons vivement à visionner ces vidéos pleines d'humanité et en discuter avec vos enfants.

Voici la vidéo sur le bonheur. Les autres sont également disponibles sur Youtube: https://www.yannarthusbertrandphoto.com/fr/biographie/6-milliards-dautres/

Jeux et autres activités

  • Créer un jeu de memory avec d'un côté le drapeau et le nom d'un pays et de l'autre un symbole culturel de ce pays (attention aux stéréotypes!). Vous pouvez même faire dessiner à vos enfants les cartes ou leur faire colorier, avant de les plastifier si vous le pouvez. Vous pouvez également les faire sur du papier cartonné pour qu'ils tiennent plus longtemps.
  • Brainstorming: Sur un tableau, écrivez le mot "Culture". Invitez ensuite vos enfants à donner des idées d'éléments culturels qui peuvent varier selon les régions et les pays (les maisons, la musique, la nourriture...). Vous pouvez ensuite leur demander (ou réfléchir ensemble) des exemples pour leur(s) pays d'orgine/de résidence et d'autres pays dont ils ont entendu parler.
  • Le jeu des bonjours du monde: Et si vous vous amusiez à reproduire avec vos enfants les saluts du monde, en incluant le geste et le mot de chacun des pays? Il s'agit d'un jeu qui les fait souvent beaucoup rire et qui est tout aussi intéressant pour les adultes. Au Cambodge, on dit bonjour en joignant ses mains devant soi et en s'inclinant légèrement, mais il existe cinq niveaux différents selon la personne que l'on salue (sur la poitrine, au niveau du menton, du front...). Aux Etats-Unis, on ne fait pas de bise mais on fait une accolade. Au Maroc, quand on aime bien quelqu'un, on lui fait une bise sur une joue et plein de bises sur l'autre joue!  Demandez-leur ensuite comment on se dit bonjour dans leur pays (par exemple en France, on se serre la main quand on ne se connaît pas bien, ou entre hommes, on se fait la bise mais cela peut être une, deux, trois ou même quatre bises selon notre région...).
  • Raconter une chanson traditionnelle sous forme d'histoire et chanter les refrains dans la langue d'origine. Nous aimons particulièrement le faire avec la chanson australienne Waltzing Matilda, hymne officieux du pays et connue par tous les Australiens.
    Art aborigène - Michael Nelson Tjakamarra
    Michael Nelson Tjakamarra

    Elle conte l'histoire d'un ouvrier qui va de ferme en ferme pour proposer son aide. Il s'assoit à l'ombre d'un arbre pour faire chauffer du thé. "Waltzing Matilda, Waltzing Matilda, you'll come a Waltzing Matilda with me...". Vous pouvez également trouver un conte ou une légende d'un pays et le combiner avec une chanson de ce même pays, à votre guise!

  • Faire un atelier peinture aborigène (peinture par points) à l'aide de cotons tiges et d'éponges. Profitez-en pour leur montrer des exemples et leur expliquer les symboles récurrents (https://www.aboriginalsignature.com/signes-aborigenes)

Visuel Découvrir Konstelacio

Adhérer à Konstelacio

Faire un don à Konstelacio

Le saviez-vous ? #7 Le thé

thé noir darjeeling

©Tea'magine

Pouvant aller de 10 à 15 mètres de haut, saviez-vous que le théier est un arbre et non un arbuste ?

Connu depuis des millénaires en Chine, le thé a été importé au XVIème siècle en Europe par les commerçants portugais.

Le thé était alors tant apprécié que dans les années 1840, Robert FORTUNE, botaniste et voyageur écossais s’en va espionner les secrets de fabrication du thé chinois. Il va alors user de ruses pour s’introduire dans la Chine interdite, qui est alors défendue pour les étrangers de pénétrer dans une zone au-delà d’une certaine distance. Robert devient donc le seigneur Sing Wah et vient découvrir les thés verts réputés des monts Huangshan. Lors de son aventure, il découvre un secret bien gardé par les Chinois : thé vert et thé noir sont issus de la même plante. Grâce à l’obtention de graines et plus de 20 000 plants de théiers, il donne vie à l’un des thés les plus réputés actuellement : le Darjeeling.

Au XVIIème siècle, le thé se fait de plus en plus cher que les Anglais trouvent alors une nouvelle monnaie d’échange, autre que l’argent-métal : l’opium.

Ce n'est qu'au XIXème siècle que la culture du thé apparaît en Inde. Afin de se libérer du monopole commercial de la Chine sur le thé, les Anglais introduisirent cette culture, notamment dans le nord du pays indien, aux alentours de la ville de Darjeeling. Située dans les contreforts de l'Himalaya, cette région allant entre 2 000 et 3 000 mètres d'altitude possède les conditions climatiques idéales pour le développement des théiers.

Le thé peut être récolté plusieurs fois par an. La récolte du printemps, appelée "first flush", soit la "première récolte" est très attendue par les amateurs car elle produit les meilleurs crus d'Asie !

l’empereur Shennong

©Envouthé

 

 

La légende raconte que l’empereur Shennong découvre le thé en l’an 2737 avant J.-C. À la recherche de plantes médicinales pour guérir des épidémies, il se reposa au pied d’un théier pour y faire bouillir de l’eau. Le vent vint y déposer des feuilles, qu’il but et apprécia !

Le thé noir Darjeeling, surnommé le "champagne des thés", est l'un des plus réputés au monde. Issu de plantations prestigieuses situées au pied de l'Himalaya, il s'agit de l'unique thé bénéficiant d'une IGP (Indication Géographique Protégée) reconnue par l'Union Européenne depuis 2011.

Malgré la réputation mythique de ce thé noir, d'autres thés sont également très populaires dans le monde...

 

 

À l’origine, le chaï était composé de lait, d’herbes et d’épices. Traditionnellement, les chaiwallah, personnes qui préparent et vendent le thé dans les rues indiennes, servent le chaï dans une coupe d’argile crue, nommée khudi.

chai indien

Chaï, Inde

©MaVieEnCouleurs

pu-erh chine

Pu-erh, Chine

@be.t2

 

 

Le Pu-erh doit son nom à la ville chinoise Pu’er qui fut longtemps le centre commercial du thé. La préparation chinoise du thé, le gong fu cha est un art véritable et est principalement pratiqué dans la région du Guangdong. Comme le thé tibétain, ce thé se bonifie avec le temps grâce à son conditionnement de briques de thé compressé.

 

 

 

Historiquement produit dans la région de Ya'an en Chine, le thé tibétain a été acheminé de nombreuses années sur l'ancienne route du thé et des chevaux entre les villes chinoises Yunnan et Sichuan pour atteindre les hauts plateaux tibétains.

thé tibétain

Thé tibétain, Tibet

@serendipi_the

carte-route-the-chevaux

Route du thé et des chevaux

©ChineEscapade

Gyokuro, Japon

Gyokuro, Japon

@kishikejapan

 

 

 

Gyokuro siginifie "rose précieuse" car anciennement, les feuilles de thé étaient transformées pour ressembler à des gouttes de rosée. Ce thé de haute qualité se distingue des autres car il est mis à l’ombre avant la récole, d’où son appellation "thé d’ombre".

 

 

 

Considérée comme la boisson nationale d’Afrique du Sud, le rooibos se distingue du théier car ne possède pas de caféine. Exclusivement issu d'Afrique du Sud, l'arbuste pousse dans les montagnes de Cederberg, dans la ville de Cap. Surnommée « thé rouge » en France dû à sa couleur alors qu'il s'agit en réalité d'une infusion !

rooibos-caramel-avec-morceaux

Rooibos, Afrique du Sud

©CafésMarc

maté argentine bombilla

Maté, Argentine

©Malindo

 

 

 

Les feuilles "yerba maté" sons consommées en infusion et le thé se boit avec une paille filtrante "bombilla". La boisson traditionnelle se prépare dans une calebasse (tasse) à maté. Il est également très consommé au Liban.

 

 

 

Contrairement au thé marocain, qui est simplement infusé, le thé à la menthe tunisien est cuit. Il est servi avec des pignons ou des amandes et il est également possible de le préparer avec de la menthe fraîche ou de la menthe séchée.

Thé à la menthe et aux pignons, Tunisie

Thé à la menthe et aux pignons, Tunisie

©Envouthé

thé à la menthe maroc

Atay, Maroc

©CuisineMarocaine

 

 

Symbole d’hospitalité, le thé est ancré dans la culture marocaine avec l’usage de la menthe ou d’autres herbes comme le thym ou la lavande. Le mélange se fait dans le "berrad" (théière). Le service traditionnel en levant la théière facilite la digestion lors de l'absorption du thé par le corps. Ce service permet d’oxyder, refroidir et faire mousser le thé !

Source : Les voyages du goût de Dimitri DELMAS et Guillaume REYNARD

Éditions Actes Sud Junior

Le saviez-vous ? #6 Les épices

épices du liban

Saviez-vous que les épices ont été les 1ères denrées de la mondialisation des échanges ? 

Les épices étaient à l’origine utilisées dans la composition de parfums, de remèdes, d’huiles de massage ou de préparations réputées aphrodisiaques.

Depuis la fin de l’Antiquité, en Europe, manger épicé était un signe de richesse. Les cuisiniers des aristocrates utilisaient le plus souvent le poivre, le gingembre, le galanga (une racine proche du gingembre) et le clou de girofle, tous importés d’Inde ou d’Afrique occidentale par les Arabes. Dans l’ Antiquité, les épices sont intimement liées au Soleil et au Divin.

Les traces les plus anciennes de l'utilisation des épices ont été retrouvées au Moyen-Orient, il y a huit mille ans. Les Égyptiens les employaient pour momifier le corps des défunts afin de conserver l’âme du corps et son énergie vitale pour lui assurer vie éternelle dans l’au-delà. Les épices permettaient une odeur parfumée et le safran était utilisé pour donner aux bandelettes des momies leur couleur or caractéristique.

En Chine, les adeptes du taoïsme (l'un des trois piliers de la pensée chinoise où toute chose a pour origine un principe appelé "Tao") voyaient dans l’épice de la casse (cannelle de chine) la nourriture de leurs « immortels ». La tradition rapporte même qu’à la Cour des Han (IIème siècle avant JC), les officiers mâchonnaient toujours un clou de girofle avant de s'adresser à leur empereur afin d'éviter de lui infliger une haleine désagréable.

En Inde, le safran colorait les robes des moines bouddhistes : sa couleur or en avait fait un symbole de « l’illumination » du Bouddha : c’est-à-dire de la révélation qu’il avait eue des vérités de l’existence.

En Grèce Antique, lors des rituels de crémation, on recourait au parfum des épices pour masquer l’odeur de chair brûlée (cannelle et safran surtout). De plus, la demande de poivre long était si forte que certains marchands mélangeaient volontairement les grains avec des baies de genièvre, beaucoup moins coûteuses. Il était même recommandé aux convives, lors des banquets, de porter des couronnes de safran afin de dissiper l’effet d’ivresse.

En Occident, les épices étaient appréciées pour leurs odeurs et saveurs mais d’autant plus pour leur dimension symbolique : issues de contrées chaudes et arides, elles étaient associées à l’élément feu, le plus noble des 4 éléments de la Création. De plus, provenant de l’Orient lointain, elles exhalaient un parfum d’aventure, un avant-gout du Paradis : le jardin d’Eden. La majorité des épices consommées en Europe médiévale provenaient d’Asie.

badiane (anis étoilé) chine

©LeMonde-Binette&Jardin

 

 

Badiane (ou anis étoilé), Chine

La badiane (ou anis étoilé) possède des arômes frais et chauds rappelant les saveurs de réglisse. L’épice, provenant de Chine, forme une étoile à 8 branches, d’où son nom, et on la trouve notamment dans le fameux mélange des « cinq-épices » ou « cinq-parfums » chinois (mélange de casse, clous de girofle, fenouil, baie de Szechuan et d’anis étoilé). En cuisine, on l'utilise le plus souvent en infusion ou dans les desserts.

 

 

Gousse de vanille, Mexique

gousse de vanille mexique

©ConcoursGénéralAgricole

La gousse de vanille, originaire du Mexique, a été découverte par les conquistadors espagnols au début du XVIème siècle. Les Aztèques la mélangeaient souvent aux boissons sacrées et au chocolat.

Cannelle de Ceylan, Sri Lanka

@terre_des_saveurs

 

 

Cannelle de Ceylan, Sri Lanka

Originaire d’un arbre de l’île de Ceylan, la cannelle est la seule épice issue d’une écorce et est l’une des plus anciennes épices utilisées par l’homme. Aussi appelée « insuline du pauvre » car utilisée depuis l’Antiquité pour ses bienfaits sur l’organisme.

 

 

 

Poivre maniguette (ou graine de Paradis), Côte d'Ivoire & Liberia

Poivre maniguette (ou graine de Paradis), Côte d'Ivoire & Liberia

@edouestfrance

Le poivre maniguette ou poivre de Guinée, originaire de la côte occidentale de l’Afrique, était encore appelé « graines de Paradis » car les acheteurs étaient persuadés qu’elles provenaient du Paradis terrestre, situé en Orient. Ses grains ont une saveur proche du poivre noir indien.

poivre timiz éthiopie

@lesepicentriques

 

 

 

Poivre Timiz, Éthiopie

Le poivre Timiz pousse lui à 2 mille mètres d’altitude sur les hauts-plateaux éthiopiens. Ses grains à la saveur chaude et piquante forment un petit épi allongé que les populations locales font toujours sécher au-dessus de l’âtre de leur maison.

Source : La fabuleuse Odyssée des épices d'Éric BIRLOUEZ, Jacques FLEURENTIN, Annick LE GUÉRER, Nolwenn HERRY

               Éditions Ouest-France