Le saviez-vous ? #8 Le nougat

nougat

©MeilleurDuChef

Savez-vous d'où vient le nougat ? Et non, pas de Montélimar ! 

Avant d'être associé à la confiserie que l'on connaît actuellement, le nougat, alors nommé "pignolat" était lié à la médecine. En effet, les premiers textes de médecine grecs citaient l’utilisation du nougat noir (seulement enrobé de miel chaud et sans blanc en neige).

Hippocrate (400 ans avant J.-C.) et Galien (IIème siècle) proposèrent des remèdes à base de miel et d’amandes, ces dernières étant considérées comme très nutritives. Afin d'améliorer le goût des médicaments, généralement à base de plantes plus ou moins amères, les médecins de l’Antiquité ajoutaient alors du miel à leurs préparations pharmaceutiques. Ainsi, les médecins facilitaient l’usage et la consommation de leurs médicaments grâce à une matière agréable à lécher.

Au XVIème siècle, Nostradamus, apothicaire (précurseur du pharmacien, il préparait et vendait les médicaments aux malades) et auteur, d’abord sur les soins du visage puis sur la confiserie, a joué un rôle essentiel dans la vie du nougat. De retour en France de son voyage en Italie, Nostradamus emporte avec lui le pignolat, le nougat italien, ainsi que la recette. Le pignolat étant un nougat noir aux pignons qui devient alors un nougat noir aux amandes.

Il écrit alors l’une des premières recettes de nougat en France, que l’on retrouve ci-dessous :

pignolat nostradamus

Ainsi débute la présence du nougat en France en 1701 à Montélimar, même si une forme de nougat existe déjà dans le sud de la France au XIVème siècle (nougat de Provence).

Le nougat se développe ensuite grâce au soutien d’Émile LOUBET, président de la République française au début du XXème siècle, qui a popularisé le nougat de Montélimar par la valorisation des produits du terroir.

les origines du nougat

Les origines du nougat

De Marie-Josèphe MONCORGÉ

Le nougat est originaire du califat de Bagdad : Irak, Iran, Alep, Égypte, Ouzbékistan. Cette confiserie est typique du bassin méditerranéen. Le nougat de Montélimar, mondialement connu, est ainsi l'héritier d’un long voyage (de la Mésopotamie jusqu’au sud de la France).

Les premières recettes de nougat blanc proviennent d’un livre arabe de Bagdad du Xème siècle. Le nougat s’appelle alors nātif. Ce dernier était alors fait de blancs d’œufs battus en neige ou de la racine de saponaire (en Iran et en Irak) infusé.e dans de l’eau et monté.e en neige. Les puristes disent cependant que s’il y a des blancs en neige, ce n’est pas du nougat. Or, le premier nougat a été fait avec du blanc en neige à Bagdad..!

Le voyage du nougat

"On va déguster la France" de François-Régis GAUDRY

Quelle est la différence entre le nougat blanc et le nougat noir ? 

La principale différence entre le nougat blanc et noir est la cuisson. Le nougat blanc voit ainsi sa consistance changer en fonction de la température du sucre. Plus la cuisson est longue, plus le nougat est dur. Le nougat tendre représente plus de 90% de la production grâce à sa meilleure conservation. Par humidification, le nougat dur perd facilement son croustillant.

Les ingrédients varient également entre les deux nougats. Par exemple, le nougat blanc ne nécessite pas de caramel, seulement le noir !

Le nougat blanc est l’héritier du nougat noir. Ses origines viennent de Bagdad et circulent dans toute la Méditerranée. Du sud de la Turquie, en passant par la Syrie et l’Irak, puis du Liban jusqu'en Égypte vers l’Andalousie (circuit classique du monde musulman). Le voyage continue de l’Andalousie vers le nord de l'Espagne, en passant du côté de l’Italie. La confiserie passa d’abord en Andalousie puis en Catalogne où elle eut été appelée « torró » ("turrón" en espagnol).

Le torró catalan se décompose en 3 variétés :

  • Torró de Xixona ou turrón de Jijona
  • Torró d'Alacant ou turrón de Alicante
  • Torró d'Agramunt

Les deux premiers étant préservés par l'Appellation d'Origine Protégée (AOP) et le dernier par l'Indication Géographique Protégée (IGP).

Le nougat de Montélimar souhaite lui aussi se protéger des contrefaçons grâce à l'obtention d'une IGP mais les démarches sont encore en cours. Si l'IGP est accordée, les autres confiseurs français ne pourront ainsi plus vendre leurs sucreries avec la mention "Montélimar".

 

Nous connaissons 4 variétés de nougat en France

Le nougat de Provence

Apparu au XIVème siècle, le nougat de Provence est un nougat saisonnier qui reste attaché au symbole de Noël. Il n'a jamais bénéficié de la communication du nougat de Montélimar, qui bénéficie lui d'une réputation inégalable.

Le nougat de Montélimar

Apparu en 1701, le nougat de Montélimar est un produit permanent. Cette confiserie a créé de grandes familles de nougatiers, notamment la famille Chabert qui s'est associée à la famille Guillot (XIXème siècle). Ce nougat nécessite au moins 30% d'amandes (ou 28% d'amandes et 2% de pistaches) et 25% de miel (privilégier celui de lavande), uniquement aromatisé à la lavande.

Nougat corse

Apparu courant XXème siècle. Le nougat corse est le petit cousin du nougat de Provence avec une composition variable : entre 8 et 35% de miel AOC de Corse, entre 20 et 34% de fruits secs et entre 5 et 10% de fruits confits. C'est un produit marketing devenu produit de terroir. C'est donc un nougat spécifique à la Corse.

Touron catalan français (région de Perpignan)

Apparu en 1607, le touron catalan français est l'héritier direct du torró catalan. Le touron blanc est proche du turrón d'Alicante avec 46% d'amandes ou de noisettes torréfiées, alors que le noir est aux amandes, aux noisettes et son sucre est caramélisé.

Découvrons maintenant les nougats des différents pays...

gaz d'iran

Gaz d'Iran

© Majid Eslamdoust

 

 

Spécialité de la province d’Ispahan et de Tchaharmahal-et-Bakhitiaria, cette confiserie traditionnelle iranienne se présente comme un nougat blanc mou et parfumé à l'eau de rose.

 

 

 

 

Le nougat turc est plutôt dur, il ressemble davantage au nougat français. Il n’est pas fait avec de l’amande mais avec de la noix ! Cette confiserie est associée aux banquets de rupture du jeûne du ramadan.

koz helva turquie

Koz helva, Turquie

@Gurukafa

jabane

Jabane, Maroc

@les_delices_dar_dmana_

 

 

 

En voie de disparition, le nougat marocain n’a pas été récupéré par les commerçants pour en faire des produits industriels. Les vendeurs marocains de jabane proposaient ce produit autour d’un long bambou qu’ils tenaient d’une main et le découpaient au couteau de l’autre main.

 

 

 

C’est en Italie que le nougat connaît sa plus grande diversité avec près d’une trentaine de torroni, venus de diverses régions ! Le torrone fait partie des produits traditionnels agroalimentaires italiens (prodotti agroalimentari tradizionali italiani), avec un label délivré par le ministre de l’agriculture italien.

torrone

Torrone, Italie

©Gusto&Arte

mandolato

Mandolato, Grèce

@chpopi

 

 

 

 

Spécialité des îles ioniennes, le « mandolato » est devenu populaire dans les temps byzantins grâce à l’empereur Justinianus. Ses premières rencontres avec la future impératrice Théodora étaient accompagnées de douceurs aphrodisiaques du mandolato !

 

 

 

 

Appelé « Qubbajt » sur l’île de Malte et à Gozo, ce nougat aux amandes et aux noisettes est souvent vendu pour les fêtes religieuses et se déguste beaucoup avec un café.

qubbajt

Qubbajt, Malte

@lovinmalta

Un immense merci à Marie-Josèphe MONCORGÉ pour ses précieuses précisions lors de ces recherches sur l'origine du nougat.

Venez découvrir son site internet sur l'histoire culinaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *