Les piñatas

Comme c’est étonnant…

Il y a une semaine et demie, j’ai fêté mes 25 ans ici même, au Mexique. Je rêvais d’une piñata, et ma famille d’accueil a réalisé mon rêve de petite fille!

Je profite donc de cette super occasion pour vous parler de cette tradition mexicaine.

La piñata est une sorte de récipient fait en papier mâché, rempli de sucreries.  Elle peut prendre la forme d’un animal, de personnages de dessins animés, ou encore plus traditionnellement d’une boule avec 7 cônes.

La piñata est utilisée dans tout le pays pour les fêtes, principalement les anniversaires, et les fêtes de Noël. Elle est accrochée en hauteur et les enfants (ou les grands!) doivent taper dessus les yeux bandés pour la casser et récupérer les bonbons qui sont dedans. Ils chantent pendant ce tempts une chanson qui s’appelle « Dale, dale, dale », dont voici les paroles:

 

Dale, dale, dale,

no pierdas el tino,

mide la distancia,

que hay en el camino.

La piñata tiene caca,

tiene caca,

tiene caca,

cacahuates de a montón.

Esta piñata

a es de muchas mañas,

sólo contiene,

naranjas y cañas.

Andale niño,

no te dilates,

con la canasta

de los cacahuates.

L’origine de la piñata est intéressante! Venant a priori de Chine ou d’Italie, cette tradition a été importée au Mexique par les évangélistes espagnols pour convertir les indiens. La piñata avec toutes ses couleurs représentait le Mal et la tentation, avec 7 cônes représentant les sept péchés capitaux. Le fait que la personne ait les yeux bandés et le bâton servant à casser la piñata représentent la foi aveugle et la vertu qui permettent de lutter contre le mal. Enfin les bonbons et autres sucreries sont les récompenses de Dieu.

Surprenant n’est-ce pas?

Voici une photo de ma jolie piñata:

Piñata

El día de muertos

Comme c’est étonnant…

Chose promise chose due (avec un peu de retard, pardon pardon!)

Le Mexique a la particularité de célébrer une fête un peu particulière et d’une manière qui lui est propre: le jour des morts. Il s’agit d’une fête préhispanique (c’est-à-dire qui date d’avant l’invasion espagnole). Cette fête a lieu le 2 novembre et commence le 1er novembre. Elle coïncide donc avec la Toussaint. Le 1er novembre est le jour de tous les saints et des enfants décédés et le 2 novembre (jour de célébration principal) est le jour des morts.

Comme souvent les cultures se mélangent et évoluent. Ainsi les traditions indiennes et les traditions chrétiennes se sont mariées pour aboutir à la fête des morts telle qu’elle est célébrée de nos jours dans la plupart des localités mexicaines (et dans certains autres pays d’Amérique Latine).

Voici quelques éléments clés de la fête des morts:

– El altar de muertos (l’autel des morts): Il s’agit d’un autel érigé en l’honneur d’une personne décédée avec des offrandes de tous types (voir article à ce propos)

– Le pan de muerto (pain de mort): sorte de brioche avec sur le dessus une décoration en forme d’os

– La fleur de Cempasúchil: une fleur d’un jaune très vif typique du Mexique. Elle est très présente sur les autels et les tombes

– Les calaveritas de azúcar: des têtes de mort en sucre généralement décorées avec des couleurs vives

– Las calaveras (ou panteones): ce sont des poèmes dédiés à une personne (un proche ou quelqu’un d’autre), mêlant l’humour et la mort pour exprimer ce que l’auteur pense de celle-ci

– La Catrina: figure représentative de la mort. Cette femme squelette parée de ses plus beaux vêtements et d’un magnifique chapeau est présente un peu partout dans la ville, les écoles ou encore les magasins lors de cette fête. C’est devenu un des symboles du Mexique.

– Visite des tombes: nombreuses sont les familles qui se rendent sur les tombes de leurs défunts, les décorent de fleurs et de bougies et apportent les plats favoris de la personne décédée.

 

Autant dire qu’ici, la relation à la mort est un peu particulière, mêlant la fête et la peur, les rires et les souvenirs.

En Basse Californie, c’est un peu différent puisqu’il s’agit d’une zone très américanisée. La fête du jour des morts est donc mélangée avec Halloween, preuve encore une fois que la culture est changeante!

Mariage de ranch!

Comme c’est étonnant…

Il y a une semaine, j’ai été invitée par mes charmants hôtes à un mariage traditionnel de ranch. J’étais vraiment enchantée d’avoir cette opportunité de découvrir une tradition locale! Apparemment même la plupart des locaux n’ont jamais vu de mariage dans un ranch.

J’ai donc enfilé une jolie robe et nous sommes allés à 16h le samedi à l’église pour la cérémonie religieuse. La cérémonie religieuse m’a semblé plus ou moins similaire aux cérémonies françaises (du moins le peu que j’ai vues!). Par contre il y avait des demoiselles d’honneur, toute habillées pareil, comme on voit dans les films américains. Les mariés ont aussi des parrains, dont le rôle est de les conseiller et les guider tout au long de leur union. A la fin de la cérémonie, les mariés sortent sous les pétales, le riz et les bulles. Apparemment les bulles ne sont pas une vieille tradition mais elles sont très à la mode dernièrement. Entre la cérémonie et la soirée, il y a un battement de quelques heures. Nous sommes donc rentrés à la maison.

A 20h commençait la soirée. Nous sommes donc allés en voiture jusqu’au ranch, perdu dans le désert à environ 40 minutes de Cabo San Lucas. Plein de poussière soulevée sur les pistes (c’est là que j’ai compris pourquoi il y avait tant de 4×4 ici!), de nombreux cactus et quelques vaches qui traversent tranquillement la « route »… C’est franchement dépaysant! Nous sommes arrivés parmi les premiers et nous sommes assis à une des tables. Les invités sont arrivés petit à petit, les femmes dans leurs jolies robes et les hommes pour beaucoup avec un chapeau de cow-boy blanc. Nous avons fait une estimation du nombre de personnes et sommes arrivés à la conclusion qu’il devait y avoir environ 800 personnes!!

Voici mes observations:

Les mariés ne s’assoient pas avec les invités. Ils se placent à part et les invités font la queue pour se faire prendre en photo avec eux.

– La bière coule à flots!

– Une personne passe entre les tables avec une sorte de coussin plein d’aiguilles. Les personnes qui veulent danser avec les mariés prennent une aiguille et quand ils dansent avec les mariés, ils accrochent un billet à leurs vêtements avec cette aiguille. C’est sensé aider à payer les frais du mariage, le voyage de noces ou les premiers frais de leur installation ensemble.

– Il y a une partie de l’alcool qui est achetée par la famille, puis les invités achètent leur bière. Il y avait 2 camions de bière! Certains apportent également leur propre alcool. Apparemment, tous les habitants des alentours viennent.

– La musique est jouée par un groupe qui s’appelle « banda« .

– La fête dure trèèès longtemps! Pour ce mariage, le groupe a arrêté de jouer le dimanche à 19h! Ils avaient été « embauchés » pour un temps défini, et les invités mettaient de l’argent en commun au fur et à mesure pour qu’ils continuent de jouer.

– La mariée lance son bouquet lors du repas. Elle se met debout sur une chaise et les femmes célibataires tournent autour d’elle avec un petit voile dans les cheveux. Le marié fait de même avec la jarretière de la mariée. Puis celle qui a attrapé le bouquet et celui qui a attrapé la jarretière dansent ensemble. On dit qu’ils seront les prochains à se marier.

 

Ce mariage a été une vraie aventure pour nous… Etant les premiers arrivés, tous les invités se sont garés derrière nous et nous nous sommes retrouvés coincés! On a bien cru qu’il allait falloir dormir sur place! Et finalement nous avons trouvé des personnes garées plus loin qui ont bien voulu nous emmener. Nous sommes donc rentrés à 12 dans une camionette! Quelle odyssée!

Des animaux de compagnie

Comme c’est étonnant…

Aujourd’hui grande découverte! Je suis allée dans un magasin d’animaux de compagnie et j’y ai trouvé: des chiens, des perroquets, des souris, des hamsters, des poissons et… des crabes, des iguanes, des serpents et des tarentules!! Apparemment ce n’est pas très courant mais bon… en France on ne trouve pas ces drôles de bêtes facilement!

Vous vous imaginez devant la télé en train de caresser une grosse araignée poilue? J’en ai la chair de poule!

Tarentule

La beauté chez les Mayas

Comme c’est étonnant…

Tout le monde n’est pas forcément d’accord quand on parle de la beauté…

Eh oui! Les Mayas, ces indiens qui vivaient au Mexique et en Amérique latine il y a longtemps, trouvaient ça très beau de loucher et d’avoir le front plat. Donc on faisait porter aux bébés deux plaques de bois sur le crâne pour leur aplatir le front et une petite balle en résine qui pendait jusqu’au milieu de leur nez pour les faire loucher… Bizarre non? Eux au moins, leurs parents ne leur disaient pas qu’il ne fallait pas loucher car s’il y a un coup de vent, les yeux peuvent rester coincés comme ça!

Du coup ça donnait ça:

Frente maya

La drapeau mexicain

Comme c’est étonnant…

C´est intéressant de voir qu´au Mexique il est interdit de reproduire le blason (qui est au centre du drapeau) sur des objets ou vêtements. On peut trouver des objets aux couleurs du drapeau ou le drapeau tel quel, mais toute reproduction du blason est considérée comme un manque de respect et est punie par une amende.

Le blason s´inspire de la légende fondatrice du pays. Cette légende raconte que le dieu des Aztèques, Huitzilopochtli, leur avait demandé de fonder un empire là où ils trouveraient un aigle dévorant un serpent sur un nopal en fleur (une espèce de cactus).

 

Voici le drapeau du Mexique:

Drapeau Mex

Et le blason:

Escudo mex