Continuons à nous indigner et à lutter pour la paix

Ce matin, comme tous les jours, je me suis connectée à Facebook. Mais ce matin c’était différent, allez savoir pourquoi, comme si tout m’atteignait plus intensément… Ce tsunami d’informations terrifiantes m’a submergée plus violemment encore que les autres jours.
Un tyran est à la tête de la plus grande puissance mondiale. Il a dans la poche de son veston les codes de l’arme la plus radicale qui soit. Il a dans la tête une des âmes les plus radicales qui soient. En à peine une semaine, il a déjà interdit l’accès au territoire américain aux ressortissants de plusieurs pays sur la base de leur religion. Cela inclue tous les résidents permanents qui ont eu le malheur de quitter temporairement les Etats-Unis et ne peuvent désormais plus rentrer chez eux pendant au moins 90 jours. Et ce n’est qu’une des nombreuses terribles décisions prises cette semaine.Comme beaucoup je me souviens de mes cours d’Histoire et de cette date, toujours ancrée dans ma tête. « 1933, Hitler chancelier ». Lui aussi est arrivé au pouvoir avec le soutien du peuple.

Les discours de haine se multiplient, là-bas, mais aussi chez nous. Qu’il est difficile de savoir ce qu’il se passe vraiment. Qu’il est difficile de comprendre l’Autre, sa religion, sa culture quand il est une entité anonyme qui nous est relatée dans les médias. Et qu’il est malheureusement facile de le stéréotyper, de le rejeter et de le renvoyer chez lui quand on ne le connaît pas.

J’ai la gorge nouée, le cœur serré et l’estomac retourné. J’ai parcouru le monde et ce que j’ai vu est tellement éloigné de cette « autre réalité » que je refuse de l’accepter.

Avec Konstelacio, je me bats depuis 6 ans déjà pour rendre l’Autre un peu moins anonyme. Je lutte pour que les enfants (et les adultes) dépassent la barrière de la méfiance et acceptent la diversité comme une source de richesse et de curiosité. Et je ne suis pas seule. Je suis maintenant entourée d’une quinzaine de bénévoles, de 70 adhérents, de toute une équipe d’artistes et d’une marraine qui croient en ces mêmes valeurs.

Se battre, lutter, ces mots guerriers ne sont pas choisis au hasard. C’est une guerre pour la paix que nous menons. Nous combattons le rejet et l’indifférence pour que la société soit moins tentée d’élire des fous, pour qu’elle ait plus d’empathie et qu’elle accepte enfin la diversité qui est sienne.

Or ce n’est pas un secret, l’argent est le nerf de la guerre.
Comme il est difficile de demander des sous… C’est presque comme si cela rendait la cause moins noble. Mais soyons réalistes, sans argent les projets ne peuvent voir le jour.Malheureusement, la recherche de fonds pour mener à bien nos projets (notamment Lyra) est ardue.

Si vous croyez à nos valeurs et que vous souhaitez nous encourager dans ce sens, vous pouvez nous aider de plusieurs façons :
En adhérant à l’association pour 10€/an (ou plus en tant que membre bienfaiteur)
En faisant un don au titre du mécénat (déductible à 60%) si vous êtes chef d’entreprise
En vous faisant le porte-parole de l’association auprès de votre entreprise. Nombre d’entre elles font du mécénat et sont particulièrement à l’écoute des associations soutenues par des collaborateurs.
Vous pouvez régler votre cotisation ici: https://www.paypal.me/Konstelacio/
Vous trouverez ici des informations plus détaillées sur les actions de l’association: http://www.calameo.com/read/004926394bc1db990619c
Ici, le dossier d’appel à mécénat de Lyra à transmettre à vos entreprises: http://urlz.fr/4IRe
Et ici, des réactions d’enfants français et tunisiens sur Europe 1 suite à un échange scolaire organisé par Konstelacio (à écouter et réécouter les jours où vous perdez la foi en l’humanité): https://www.youtube.com/watch?v=xbvzdLSLy2Y
Parce que nous n’avons pas le luxe de pouvoir baisser les bras. Parce qu’au fond, tout au fond, il reste toujours une petite part d’espoir. Parce que seul on va vite, mais ensemble on va plus loin.

Ne restons pas les bras croisés. Continuons à nous indigner et à lutter pour la paix.

Charlotte
Fondatrice de Konstelacio

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *